Sélectionner une page

1. Missions

Le but est de doter la Ville d’un outil de pilotage performant et de dynamisation commerciale. Le Bureau du commerce jouera les rôles d’ensemblier des différents acteurs et de moteur dans le développement commercial de Charleroi, à l’image du Bouwmeester pour le développement urbain. Le Bureau du commerce a pour missions de :

  • veiller globalement à la mise en œuvre de la stratégie du développement commercial pour l’ensemble du territoire communal, en partenariat avec tous les acteurs concernés et en lien avec le projet de ville ;
  • mener des analyses, émettre des avis et des propositions concrètes à destinations des autorités communales;
  • coordonner ou réaliser des projets à la demande des autorités communales, notamment dans le cadre de la mise en œuvre du PST.

Ces missions s’avèrent d’autant plus importantes dans le contexte d’une crise sanitaire mondiale telle que nous la connaissons actuellement et dont les effets néfastes sur les activités commerciales se feront ressentir durablement sans une forme de soutien permettant de stimuler l’activation et la créativité.

Plus concrètement, ces missions se traduisent par :

  • La création et le développement du commerce local :
    • Démarchage, accueil et information des candidats, enseignes, porteurs de projet, etc.
    • Soutien au montage des projets en fonction des aides proposées par les pouvoirs publics et renvoi vers les structures d’accompagnement dédiées
    • Collaboration renforcée avec les structures existantes (administration communale, gestion de centre-ville, associations de commerçants, etc.) afin de créer des synergies et d’encourager l’intégration du commerce dans l’ensemble des évènements de la ville et des Big 5 [PST]
    • Coordination avec les actions commerciales en cours et à venir (ex : Communa, action de soutien,…)
    • Gestion des incitants de type Go shop et Créashop [PST]
  • Le géomarketing (analyse et pilotage) :
    • Relevés terrain et comptages automatiques
    • Outil de gestion [PST]
  • La promotion de l’appareil commercial carolorégien auprès des développeurs et investisseurs potentiels :
    • Elaboration et mise à jour continue d’un vademecum reprenant toutes les informations utiles à l’installation sur le territoire carolorégien (démarches administratives, règlements, aides existantes…) [PST]
    • Participation à des salons professionnels (MAPIC, Forum immobilier…)
  • La communication :
    • Création de « shopping guides » par quartiers
    • Événement annuel Charleroi Commerce réunissant tous les acteurs locaux du commerce : associations de commerçants, SNI, UCM, etc. [PST]
    • Création d’une plateforme Internet dédiée au commerce carolorégien [PST]
  • La prospective :
    • Anticipation par rapport à l’aménagement du territoire et aux projets de la Ville (FEDER à l’horizon 2023, travaux, mise en œuvre des bus rapides de la ligne W03 de WEL, BHNS,…)
    • Veille sur les nouvelles tendances en termes de commerce, propositions d’applications transposables au territoire carolorégien.
    • Expertise, notamment en cas de bouleversement du contexte économique pouvant affecter le commerce.

Le Bureau du Commerce travaillera en étroite collaboration avec les autorités communales, l’ASBL CCV, le Bouwmeester et de nombreux autres acteurs parmi lesquels les associations de commerçants, l’UCM et le SNI. L’objectif est que tous les acteurs de terrain tirent dans le même sens pour davantage d’efficacité.

D’autres exemples existent en Belgique et connaissent du succès. Les villes d’Anvers (1997) et Gand (2001) se sont dotées d’un bureau du commerce en l’intégrant dans des structures de type « Business in Antwerp » et « Invest in Ghent ». La ville de Liège, quant à elle, s’est dotée d’un bureau du commerce en 2010 pour mener une politique proactive de développement du commerce de détail urbain.

2. Structure

BUREAU DU COMMERCE

Coordination/Direction

0,5 ETP

Equipe pluridisciplinaire

>Spécialisations

1,5 ETP

>Centre-ville

1 ETP (ASBL CCV dédié au Bureau du Commerce)

2 ETP externes (dans le cadre du marché)
+ 1 ETP mis à disposition par l’ASBL CCV (hors marché)

Le Bureau du commerce sera complémentaire avec l’ASBL Charleroi Centre-Ville, dont le périmètre d’action est strictement limité à l’intra ring par les autorités régionales. En effet, l’objectif est de capitaliser en partie sur l’expérience de l’ASBL CCV ainsi que sur les moyens d’action (personnel et fonctionnement) de celle-ci. Cette formule permet à la fois de réaliser des économies d’échelle et d’assurer une collaboration vertueuse entre les deux structures.

Parallèlement, le nouveau contrat de gestion entre la Ville et l’ASBL CCV tient compte de cette nouvelle évolution et préfigure les bases du renouveau commercial de Charleroi pour les 4 années à venir.

3. Soutien à la relance commerciale

L’utilité de doter la ville d’un Bureau du commerce est d’autant plus évidente à l’heure actuelle. La crise que nous connaissons risque d’aggraver le phénomène des cellules vides, rendant de nombreux quartiers commerçants de Charleroi, du centre et de la périphérie, peu attractifs aussi bien pour les chalands potentiels que pour de futurs habitants.

Dans le même temps, ces cellules vides peuvent constituer une opportunité dans le renouvellement de l’offre commerciale, vers davantage de qualité et de diversité des produits.

Redynamiser les centres périphériques et certains quartiers du centre-ville nécessite d’appliquer une stratégie cohérente pour l’ensemble du territoire communal, qui tienne compte également des spécificités locales et des identités propres aux différents quartiers commerciaux. Il est démontré que les mix commerciaux équilibrés, concentrés géographiquement et répondant aux besoins des habitants sont plus attractifs et plus pérennes.

De manière générale, le bureau du commerce contribue à la relance commerciale par :

  • le soutien et l’intensification de la dynamique commerciale, notamment en :
    • attirant, accueillant et en informant des candidats, enseignes, porteurs de projet, etc. ;
    • soutenant le montage des projets ;
    • professionnalisant des associations de commerçants afin d’améliorer l’animation commerciale spontanée ;
  • la veille sur les nouvelles tendances en termes de commerce, propositions d’applications transposables au territoire carolorégien.

De manière plus spécifique, le Bureau du commerce contribue à la relance commerciale par :

  • l’augmentation de la visibilité des commerces locaux :
    • Création de « shopping guides » par quartier
    • Communication active sur les réseaux sociaux et autres canaux existants
    • Création d’une plateforme Internet dédiée au commerce carolorégien [PST]
  • le soutien à la digitalisation des commerces locaux :
    • Création d’une plateforme Internet dédiée au commerce carolorégien [PST]